© 2016-2019 - Marie Menini

Musique, Amour & Chaleur humaine

November 23, 2015

 

Ca vous paraît utopiste, un peu sentimental ? Pourtant, quoi de mieux que de profiter d'un concert avec, en plus, une dose d'amour et quelques grammes de chaleur humaine ?

 

C'est ce que j'ai toujours espéré offrir à mon public. 

 

Et aujourd'hui, plus que jamais, nous avons besoin de chaleur humaine. Envie de ressentir la chaleur d'une étreinte, l'énergie d'un sourire, la tendresse d'un ami, l'émotion d'une chanson, la sécurité du plaisir et des soirées joyeuses...

 

La culture, elle, s'en sortira. La poignée des grandes salles parisiennes sera subventionnée pour se relever de la baisse de fréquentation. Et les artistes underground, nous, les milliers de rêveurs et d'acharnés des caveaux parisiens, nous continuerons, comme nous le faisons depuis toujours, à travailler d'arrache-pied, à coup d'auto-communication artisanale et sans l'aide de personne (voire sans rémunération), pour jouer coûte que coûte notre propre musique et pour la faire découvrir au plus large public possible.

La liberté de jouer ce qu'on veut, quand on veut et où on veut, nous l'avons toujours connue, et elle ne nous quittera pas (si vous voyez ce que j'veux dire).

 

C'est alors très chaleureusement que je vous invite à mon prochain concert, demain soir. En sortant du bureau, plutôt que de rentrer chez vous (seul ?) et allumer la télé ou votre iPad, vous pourriez vous rendre au Chat Noir, donner rendez-vous à des amis, siroter votre boisson préférée et écouter de la musique jouée par de "nouveaux talents"*, ceux que vous ne verrez pas tout de suite à la télé, voire jamais (car c'est ça aussi la liberté).

 

 

Je chanterai mes chansons accompagnée de 4 sublimes musiciens pour un set électrique, suivi par le groupe pop-rock ultra-énergique COLT.

 

 

Soyez à l'heure, car à 22h, les voisins coupent les enceintes!
#rocknroll

 

Marie.

*Notre talent n'est pas si nouveau. Ca fait des années qu'on pratique et travaille. Mais c'est comme ça qu'on nous appelle, il paraît...

 

 

 

 

 

Répandre l'amour
Répandre l'amour
Please reload