© 2016-2019 - Marie Menini

 

Foule

Appelez-moi la foule

Appelez-moi la foule

Appelez-moi les cobras,

Les martyrs, les sans froids

Que l’on m’écoute

 

Appelez-moi la foule

Regards rivés

Qu’elle me voit debout

Regards obsédés

Appelez-moi la foule

Que mon cœur en flammes

Enfin les déboute

 

J’ai passé tant d’années

Rien de m’arrête

Ni les flammes, ni les blâmes

 

Foule, fool

Foule, fool

Tu mens, tu mens

Tu me dis que je n’suis pas

Ce que je suis ici

 

Foule, fool

Tu me vois, tu me mens

Je déboule, je démens

Mais plus rien ne m’atteint

Plus rien ne m’atteint

 

Regarde-moi la foule

Regarde-moi la foule

Dis-moi c’que tu vois

Tu sais pas, t’aime pas

Pourquoi ? Dis le moi

 

Mais j’te suis pas la foule

Je n’ai pas de nom

Je n’ai pas de prix

Ni d’âme qui tienne

Regard’-moi la folle

Que tu m‘emprisonnes

Le sang dans mes veines

 

Pas la peine d’te donner autant de peine

Rien ne m’atteint

Rien ne déteint

 

Regarde-moi la foule

Ecoute-moi la foule

Ressens-moi la foule

Que ta haine s’écoule

Défoule-toi la foule

Je suis enfin là

Face à toi

 

J’ai passé tant d’années

Rien de m’atteint

Ni les flammes, ni les blâmes

 

Blâme, blâme, blâme, blâme

 

Foule, fool

Foule, fool

Tu mens, tu mens

Tu me dis que je n’suis pas

Ce que je suis ici

 

Foule, fool

Tu me vois, tu me mens

Je déboule, je démens

Mais plus rien ne m’atteint

Plus rien ne m’atteint

Plus rien !